Le décalogue du chien ou la reconquête de l’enfance

Le décalogue du chien ou la reconquête de l’enfance

L’objectif des balades pourrait se traduire pour le chien par le décalogue suivant :

1.       Chien confiant et autonome

2.        Chien sans danger pour les enfants quelle que soit leur attitude

3.        Chien sans danger pour les adultes

4.    Chien non agressif vis-à-vis des personnes ne manifestant pas d’agressivité

5.       Chien sans prégnance et sans addiction

6.      Chien non agressif vis-à-vis des autres chiens et autres animaux

7.      Chien ne provoquant pas de nuisances (aboiement, destruction etc)

8.      Chien dont les déplacements sont maîtrisables par tous

9.       Chien qui respecte les règles de bienséances

10.     Chien qu’on oublie

Dans un monde de l’homme et du chien où les paradigmes de structure hiérarchique, de sélection, de compétition, de race sont érigés en évidence et nous confèrent un rôle de     « maître » qui nous amène à renier nos désirs de partage, de complicité et nos rêves de relation, les balades se proposent de nous permettre de reconquérir nos parts de confiances enfantines et de traduire nos utopies naïves en nécessités, gage d’une digne maturité.

L’inanité des approches raciales, sexuées, eugénistes, qui accompagnent en bruit de fond le discours sur les relations structurées autour du paradigme  de "hiérarchie"soi-disant moteur de nos relations de grégarité et de socialité, sera démontrée par l’utilisation des analyses cognitives des situations. Nous mettrons en exergue le double paradigme dialectique information-bruit et contrat - structure de domination-soumission, comme moteurs privilégiés d’adaptation optimum des systèmes homme(femme)-chiens et de leurs éléments constitutifs, dans un esprit de "juste" gouvernance, c'est à dire dans la préservation et le respect de la liberté de mouvement de chacun.

La construction d’une communication efficiente synonyme d'échanges d'informations significatives et non de bruit  sera l’objet des balades. Qu'elle soit dans un contexte d'éducation ou de rééducation ou dans un contexte thérapeutique, elle concernera le système femme(homme)-chien toujours pris dans son ensemble. Pour rendre ces deux éléments collaboratifs, coopératifs, articulés l'un à l'autre afin de renforcer dans la pertinence leur capacité d’adaptation à un environnement changeant, évolutif et surprenant, il est nécessaire de travailler les éléments hommes-chiens en les considérant comme deux sous systèmes d'un système représenté par l'"entité" couple ou famille.

Fondées sur la sociologie clinique et cognitive, les balades sont une méthode et des outils alliant rigueur, responsabilité, méthodologie, pratique, instantanéité, gentillesse, humour, bonne humeur et plaisir.

Le domaine des balades d’Antoine et de la méthode ADPP appliquée

  • le domaine des balades est celui de l’instantanéité
    • instantanéité de l’interrelation
    • instantanéité de l’adaptation
    • instantanéité de la coordination
  • qui est le terreau de la relation homme-chien dans toutes ses dimensions et catégories. (de l'attachement à la collaboration, de l'affection à la complicité, de l'autonomie à la complémentarité)
  • de la situation où se vit l’interaction et la communication.
    • la communication est l’énergie nécessaire à nos processus de transformation et d’adaptation
    • elle demande des apprentissages, objet des balades.
    • la construction du système coopératif homme-chien en sera le produit.
    • l’adaptabilité grâce à une autonomie reconnue et complémentaire en est l’enjeu
    • la sociabilité, la civilité, la complicité en seront les objets.
    • l’observation, la tolérance, la confiance, la sûreté, la réflexion, les moyens.
    • la sécurisation, l’épanouissement, le bien-être et le plaisir partagé, le vécu.

La balade : après les montres, la structure molle

L’outil principal de lieu et de temps de la méthode est la balade.

La balade est une structure molle.

Une structure molle est une structure qui porte un nom doux. Une balade, non une éducation, une psychothérapie ou une sociothérapie. Non, simplement une balade. Une simple balade comme un temps gentil, sans enjeu. Une parenthèse, sans jugement, un temps offert pour soi, pour les autres, par les autres. Un temps accessible à tous avec une dénomination qui ne fait pas peur, qui n’impressionne pas mais qui laissera à chacun la possibilité de sa qualification.

Une balade est une parenthèse.

Elle a un commencement, un début, une croissance, une maturité, une décompression et une fin.

Elle sera lieu et temps d’expérience, elle sera prise de temps, réappropriation du temps comme outils de la relation et des apprentissages nécessaires.

Elle se déroule en milieu ouvert, chiens et famille en liberté. Sans laisse, sans filet de protection, sans barrières isolantes et séparantes, sans palliatifs, sans croquettes et autres tricheries, elle est le cadre des surprises et des opportunités.

Lieu de complexité, les balades sont le lieu des opportunités, de la construction de la décision, de l’interprétation du monde et du partage des points de vue. C’est le lieu de la « négociation » des coordinations.

Avec la responsabilité de l’obligation du respect des autres, accompagnatrice de nos peurs et de nos angoisses d’inefficacité, elle sera le lieu de notre reconquête de parole entendue et significative quoique nécessairement «gentille» (aimable et païenne).

Lieu de surprise, la balade est une déambulation qui dans sa lenteur laisse l’opportunité surgir. Sous forme de jeux, d’espiègleries, de rencontres improbables, elle est jalonnée de moments où la communication se met en place.

Expériences aléatoires, ambigües et interprétatives permettent à l’initiation, l’apprentissage, la pédagogie et l’autorité de se montrer, de s’apprivoiser. Il y sera vécu les communications, leurs enjeux et leurs conséquences.

Etapes de la construction de la relation, par la prise de parole, la guidance, le commentaire, l’interpellation et le partage, expériences collectives et individuelles, les balades seront le temps de l’agapê, du bien ensemble, temps socialement apaisant.

Elles seront aussi le lieu de la prise de conscience de la proximité entre drame et bien-être, de la réappropriation de « ses  » capacités à faire face et de ses capacités à bien faire (sa définition étant liée aux valeurs négociées de notre « modernité  »).

Lieu de structure et de négociation, elle sera sujet à l’autorité protectrice et initiatrice, à l’autorité pédagogique et émancipatrice et à la liberté de choix en découlant.

Pour un bonheur durable, des gens gentils et des chiens gentils, respectueux mais respectables et respectés dans la construction de rapports de confiance partagés.

Sourire essentiel !

Humour indispensable! !!

Gentillesse obligatoire !!!

Une réflexion au sujet de « Le décalogue du chien ou la reconquête de l’enfance »

  1. D’habitude on ne raconte quand Ca se passe mal et ben la une fois n’est pas coutume je viens raconter raconter mon petit bonheur, ma petite victoire ( immense pour moi) du matin!
    Je suis allée avec une amie faire une ballade à cheval. On as pris son rhodésien et Anubis avec nous. Et mon chien a été parfait! Comme si il avait fait ça tous sa vie. Connecté à nous à suivre le mouvement mais dans le calme même aux allures vives. Jamais il est monté en pression il suivait et c’était normal! On as croisé cycliste il a pas bougé, un Pellerin pareil en plus on c’est arrêtées pour lui indiquer le chemin!
    Donc voila je voulais raconter ce moment car tout ça c’est grâce à toi! Sans toi jamais on ne s’en serais sortis! Mon chien aurais été piqué et moi j’aurais été au fond du trou!
    Donc merci merci merci!!!! Tu est le meilleur et pour les chiens et pour les humains!!!!
    Du fond du cœur merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.