BALADES du 27 et 28 AVRIL dîtes balades des ânes bâtés, des mâles tâtés et des filles empattées

A l'ouest rien de nouveau

Mes chers loups, louves, chacals, chacaux, festival, festivaux, oripal, oripeau, doux dingues, charolais, bazadaises et pour finir, hermaphrodites, bernard-l'hermites, 

 

En ces jours du samedi après midi 14h15 Mac do la Teste, direction forêt de Cazaux et  de dimanche des rameaux 9h45 salie nord, rien ne nous sera épargné. 

Encore une fois l'acrimonieuse  parole prodiguée par la personne en charge des balades trouvera sur son chemin, l'écho des savanes et la résonance des grands fonds Marins chuchotés par la Macronie. 
Que vous preniez au sérieux ou pas le discours corticoïdé tenu de façon péremptoire tout au long des balades , il n'empêche qu'il donne en comparaison  à la logorrhée macronienne,  le goût frelaté  du Red Bull sous sucre glace, sniffé par l'inoxydable Castaner en guise de vin de messe et régurgité par  la virevoltante Sibeth Diaye, en guise de bonne parole spasmodiée au rythme des musiques lobotomisantes des centres commerciaux et autres palais de consommation compulsive. 

Résultat de recherche d'images pour "porte parole macron"

 Magnifique porte parole de la macronie triomphante, vous ne pouvez et je vous le souhaite qu'applaudir des deux mains, des pieds et du cul par terre à la magique image d'une intégration réussie.  (Je ne parle pas du "cagol" Castaner" qui est un pied de nez au Loft et à la télé réalité des marseillais versus le Chti  comme ascenseur social).  Cette magique porte parole de notre impérial "guide", est par la forme le symbole même d'une émancipation et de la modernité du progressisme humaniste, au métissage triomphant et à l'enrichissement de l'autre.  Habile, rusée est  l'utilisation de l'image de Sibeth qui représente le progressisme civilisationnel dans sa plus noble manifestation.  Alors que c'est  sa  plus vieille  conception, la plus datée, la plus dépassée , la moins novatrice et émancipatrice, la macronienne,  qu'elle est chargée de défendre. Étrange paradoxe que de servir  d'oripeau  pour travestir et camoufler  une des plus réactionnaire vision de la vie en communauté. Celle  qui ne saurait être pilotée, au nom du progressisme frelaté, par autre chose que l'intérêt individuel alimenté par l'énergie de notre égoïsme profond. Justifiant notre agressivité, notre avidité et notre avarice comme les qualités les plus sûres afin d'établir par ruissellement, une fois après avoir pillés les "autres",   notre vivre ensemble, l'ensemble n'étant au service que des quelques uns, élites oligarchiques d'une ploutocratie à visage de Sibeth. Ceux avec qui partager ne s'imaginent pas l'honneur qu'ils ont d'être sacrifiés et pillés au nom de l'efficacité et de l'excellence. La paix et le bonheur ne sont alors plus que le spectacle offert aux démunis du plaisir volé, du besoin satisfait à en vomir,  de la terre abîmée, de la vie fantasmée  exhibée comme moteur de l'envie et de la concupiscence, nous livrant pieds et poings liés  aux usines de production de nos misères. Ne pas partager et accumuler au delà du raisonnable est alors l'ontologie du progressisme, métaphysique du rien, du sans valeurs, sans  éthique ni morale.

Heureusement, désespérément inapte à porter  ce que pourrait être le progrès  social, écologique et  humaniste, au moins avons nous un symbole magnifique d'intégration. 

Résultat de recherche d'images pour "porte parole macron"

Par contre ce samedi autre symbole lumineux, sous prétexte qu'elle s'adresse directement à l'oreille des chiens et leur fait remuer la queue vous pourrez côtoyer la Patou, 

Image associée

non pas  celle des  Pyrénées  mais la Patou de l'aiguillon,  en démonstration. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.