les acteurs de la grégarité et son enjeu: La négociation du CONTRAT DE GREGARITE

Les éléments acteurs du contrat et les attributs qui les constituent

Le champ des balades est celui où se joue la grégarité. Les acteurs des balades sont des femmes(hommes), des chiens mais aussi tous les éléments "vivants" et "inertes" constituant l'environnement du lieu.
    • hommes, femmes, enfants appartenant au groupe familial
    • chiens appartenant à l'entité familiale
    • personnes extérieures au groupe, dans des activités indépendantes du groupe quoiqu'en interaction avec. (proche ou lointaine)
    • Chiens extérieurs au groupe dans des activités indépendantes du groupe quoiqu'en interaction avec.(proche ou lointaine)
    • les autres animaux domestiques ou sauvages
    • les meubles et les immeubles porteur d'une symbolique culturelle, historique et sociétale.

Le costume, l'habitus humain

Les acteurs participants aux balades ont un "costume" :  celui de "leur habitus". Reconnaissable et rassurant, provoquant  apriori, certitudes et quant-à-soi. Entrave ou protecteur, il nous habille et nous accompagne dans l'accession à notre autonomie,  la liberté de nos choix et de mouvement, dans nos danses avec les autres. (nous y sommes tous assujettis) Habiller ou travestir est la vocation du costume. Celle du tailleur qui le transmet et le façonne se devrait de le rendre léger, confortable, élégant, unique et échangeable. Celui qui le porte se devrait d'en faire un objet festif, habillant le monde de mille couleurs aux mariages les plus étonnants, de Caravage à Max Jacob, des pointillistes  aux céramiques, de l'art du pinceau au graffiti du pop art...et non un uniforme. Abandonner le costume, enjeu d'appartenance, d'objectivité et  de ségrégation pour celui partagé de l'élégance, de la surprise et de l'intégration afin d'accéder à un communisme du plaisir aux teintes flamboyantes, pastelles ou monochromes ........voilà un drôle d'objectif. Lieu de conquête de cette réappropriation des modes étrangères, le monde des balades à travers la nécessaire construction de la relation à l'autre grâce, par et pour le chien, en est un lieu, peut être une cabine d'essayage, sans doute de déshabillage.

Les situations, moments  de jeux (de comédie, de drame, de tragédie...)

Partage d'un moment, cadre d'histoire, la SITUATION  est le champs de nos libertés de choix, de réalisation de nos utopies et de celles des autres. C'est dans et à travers la situation que s'élaborera notre émancipation aux entraves, qu'elles soient morales, culturelles ou fondées sur les croyances, formatant nos allégeances multiples.

Un contrat pas si invisible

Si le monde de la grégarité est un monde de moments, de rencontre, d'absence et de présence, c'est avant tout un monde de négociation de nos libertés et de nos devoirs.
    • chiens libres,sans laisse
    • personnes et enfants libres sans laisse
sont l'image fidèle des liens tissés au sein du contrat de grégarité  qui nous relient. Leur invisibilité devient le symbole de cette nécessaire mise en négociation du "moment" qui établira le lien accepté et acceptable dont le fruit sera le ballet de nos "coordinations".

Une négociation et non un babillage!

La négociation dont l'objet est le "contrat" nécessite  d'être au moins deux  dans une ou plusieurs simultanéités. Négocier, c'est échanger, c'est aussi faire plier, bluffer ou gagner! Ou c'est trouver, construire un consensus, une collaboration librement acceptée, "gagnant-gagnante", coopérative, hédoniste et responsable. Dans un premier temps, négocier est "parler",  peut-être écouter pour à un moment partager, accepter et décider "ensemble". Négocier, c'est se frotter à l'autre, s'abraser à ses capacités, à ses différences.  C'est par  cette attrition recherchée, se forger.

Une capacité à transmettre et analyser de l'information

Les acteurs se divisent schématiquement en quatre grandes catégories qui peuvent elles-même être divisées en sous classes
    • Ceux qui ont comme moyen d'expression un ensemble de capacités à disposition dont la parole avec une maîtrise du langage complétée et accompagnée d'une gestuelle.
    • Ceux qui ont  tous les moyens d'expression exceptée la parole.
    • Ceux qui n'ont que l'attitude ou dont on ne perçoit que l'attitude.
    • et le monde du silence, ceux dont on ne perçoit "rien" ou que de l"insignifiant"    (on ne comprend pas ou on n'a pas accès à leur monde d'émission)
Ces  ensembles peuvent être représentés sous la forme d'un système de poupées russes, hiérarchisant  à travers une capacité à émettre de façon plus ou moins "significative", complexe et abstraite, un "monde des vivants". Cette taxinomie soi disant évidente illustre depuis Aristote et sa définition de l'homme comme animal "parlant" , une représentation   pyramidale et englobante du vivant.  
  Mais la capacité à émettre ne peut ni ne doit  justifier une hiérarchisation arbitraire  sans déjà être complémentée par la capacité à écouter. Ne faire qu'émettre sans se donner la peine d'être décodable c'est faire du bruit et le bruit est une nuisance. Entendre sans comprendre, c'est être assujetti à du bruit, c'est ne pas prendre le bruit de l'autre en compte. (soit par incompétence, soit par impossibilité)

De la pyramide au réseau

la capacité à transmettre et à traiter de l'information, du plus vers le moins, peut définir une autre représentation  du monde du vivant. Celle de la responsabilité, de la volonté, de la tolérance et de l'empathie et de la compétence.

A la forme hiérarchique de représentation du monde du vivant va alors se substituer une forme plus cohérente, pertinente et efficiente. Celle d'un réseau, le rhyzome (théorie philosophique de Gilles Deleuze et Félix Guattari, un rhizome est un modèle descriptif et épistémologique dans lequel l'organisation des éléments ne suit pas une ligne de subordination hiérarchique —avec une base, ou une racine, prenant origine de plusieurs branchements, selon le modèle de l'Arbre de Porphyre—, mais où, tout élément peut affecter ou influencer tout autre)

La parole. 

Si nous raisonnons nos cercles comme représentant le nuage  d'informations pouvant être émis et captés par les acteurs, leurs intersections  deviennent les zones de nos potentielles compréhensions.

  A partir de ces compréhensions, de ce "mixte", se construira la structure de l'échange, qui influencera notre représentation du monde et des évènements qui le constituent. Notre discussion devenant commune, il en découlera une structure d'interaction, une forme et un style de "danse"! (avec les loups, avec les chiens, avec les chiens loups et les indiens) Nous avons une juxtaposition de « mondes » ou les zones d’interactions « significatives »  se réduisent au lieu de s’inclure au risque de s'exclure par manque de « compétences communicationnelles ». Capacité à écouter et à comprendre, capacité à s'exprimer et à être compréhensible, cause explicative majeure des dis-socialisations canines et humaines. Dis-socialisation canine (morsures etc..), humaine (coups, violences). Ainsi  nous obtenons une représentation explicative des mondes d’exclusion, juxtaposés,  représentant  l’étrange, l’étranger, l’inconnu. 

 L'intégration en jeu.

L'intégration est une plus grande vision du monde. Ce n'est ni un style, ni une candeur et encore moins une bien bienpensance. C'est mieux. C'est une efficience, une efficacité, une utilité, un intérêt, une opportunité, une chance, plus encore une effectivité.  L'intégration est la sommation des points de vue des acteurs en vue "d'affronter" le monde et son devenir dans une dialectique de l'individuel au service du collectif et du collectif au service de l'individuel.

 la bonne nouvelle

Ce n'est affaire que de compétences donc de volonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.